Laurent Chalon

Mon Parcours

J’ai commencé la danse en septembre 2015 lors d’une démo du club où ma femme avait commencé un peu plus d’un an auparavant (White Buffalo Country Club de Saint-Hubert en Belgique). Je me suis fait entraîner lors de l’initiation qui était organisée pour les spectateurs. C’est la première fois que j’ai réellement vu ce qu’était la ligne dance. Je n’ai pas fait une seule section correctement.

Je suis allez au cours débutant du club 2 semaines plus tard (non sans mettre auparavant entraîner sur la dance de l’initiation) et je n’ai plus arrêté depuis.

Suite à un accident de voiture de notre animateur à Saint-Hubert, j’ai repris les cours débutants/novices en février 2016 et j’ai ensuite repris en plus les cours intermédiaires en janvier 2017. Je suis également depuis 2016, danseur dans un autre club, les Black Stallions de Bertrix (toujours en Belgique).

J’ai publié ma première chorégraphie en septembre 2016 sur la chanson « Doing it to country songs » de Blake Shalton. Et comme j’avais fait des pas que j’aimais bien mais que je n’avais pas gardés pour la danse, j’ai écrit une 2ème chorégraphie sur la musique des Washboard Union « Shot of glory », et puis une 3ème,… Certaines que j’aime, d’autres moins et d’autres que j’adore. Une chose est certaine, c’est que j’ai pris du plaisir à faire chacune d’elle.

J’ai fait des erreurs au début comme par exemple sur le choix du nom de la danse, en ne faisant pas assez attention si d’autres chorégraphies existaient. Je me disais que ce n’était pas trop grave si je faisais une choré alors qu’il en existait déjà une autre. Jusqu’au moment où vous réalisez une chorégraphie sur une musique qui n’a pas encore de danse, et qu’après quelques temps, une 2ème,  une 3ème chorégraphie sortent sur la même chanson. Là, on change de point de vue. Si le niveau n’est pas le même, ou si les danses sortent en même temps, ce n’est pas gênant. Mais maintenant j’essaye vraiment de faire plus attention. Il m’est arrivé d’abandonner une chorégraphie car une danse était publiée entre temps.

Le plus compliqué, c’est d’avoir de la visibilité et de la crédibilité. Il y a tellement de chorégraphies qui sortent sur une semaine. Les choix des animateurs se font souvent par affinité, suivant la renommer du chorégraphe, des workshops suivis, des reprises par des grands youtubeurs… Mais je ne me plains pas du tout, je ne pensais pas qu’en lançant quelques bouteilles sur la mer Internet, avoir autant de retour. Je suis très heureux quand je sais que l’un ou l’autre club dansent une ou plusieurs de mes chorégraphies, de voir une danse reprise sur youtube ou sur un autre site, de voir le compteur youtube dépasser les 8000 vues, de d’aller enseigner une danse dans un club voisin, d’apprendre qu’une des chorés se retrouvera peut-être dans un pot commun, de voir la feuille de pas traduite dans d’autres langues…

Et après tout, le principal reste le plaisir de réaliser la danse et surtout le plaisir de danser et de retrouver des amis sur les pistes…

Laurent Chalon

Mes Chorégraphies

Mes Photos